Lanzarote, île sauvage des Canaries en 20 photos

Au XVIIIe et XIX siècle, Lanzarote, île sauvage des Canaries au large du Maroc, voit ses paysages et son histoire bouleversée par une série d’éruptions volcaniques sans précédent qui ensevelit sous la lave et les cendres près du tiers de de l’île, transformant alors cette petite bande de terre en une île blessée mais magnifique.

Beaucoup de touristes belges et allemands se rendent à Lanzarote pour profiter de son beau temps toute l’année et de ses plages de sable doré dans des «tout inclus» bondés. Mais Lanzarote, quand on s’y aventure vraiment, c’est surtout une île époustouflante. C’est une île sauvage des Canaries par ses paysages, par sa faune et sa flore, par ses écueils, ses magnifiques randonnées et ses étendues de lave incroyables. 

Lanzarote c’est aussi une île très photogénique donc j’ai compilé pour vous quelques 20 de mes plus belles photos  au cœur des couleurs, des odeurs, de ses paysages et même de l’architecture de cette île sauvage des Canaries.

Lanzarote, île sauvage des Canaries : les étendues de lave

Comme je les ai aimé ces étendues de lave à perte de vue. Elles sont là immobile depuis des dizaines, voir même des centaines d’années, mais on en sentirait presque encore l’odeur et la fumée. Lanzarote, île sauvage des Canaries est d’ailleurs connue pour l’accessibilité de ces coulées de lave infinie. Pour les voir de loin vous n’avez qu’à prendre n’importe qu’elle route qui passe au cœur de l’île. Pour les voir de plus près, prenez la route menant aux Parc National de Timanfaya, vous ne serait pas déçu.

Pour ma part, je m’y suis rendu avec un vieux vélo que m’avait gentiment prêté le propriétaire de ma chambre d’hôte. Quelques 30 km de champs de lave à perte de vue, de volcans endormis, une route déserte sous un vent à décorner les bœufs mais des paysages d’une beauté incroyable qui m’ont laissé sans voix plus d’une fois. 

Lanzarote, île sauvage des Canaries : le Lago Verde et les couleurs d’El Golfo

Au sud de Lanzarote se trouve un petit village nommée El Golfo. C’est un petit village de pêcheur, coincé entre deux coulées de lave. En réalité ce groupement de maison et de restaurant est tout petit, pas forcément typique, ni très joli, mais ce village à deux atouts majeurs : le Lago Verde et le départ d’une randonnée entre océan et coulée de lave. Ils forment à eux deux  de très beaux contrastes de couleur.

 Le Lago Verde aussi appelé Lago de los Clicos est une lagune situé à l’entrée d’El Golfo, au cœur d’un cratère effondré, coincé entre deux falaises et l’océan. Ce petit lac de 150m de long fait étonnamment plusieurs mètres de profondeur. C’est un des sites naturels les plus visités de l’île et on comprend pourquoi. C’est sa couleur qui fait toute la popularité de la lagune. Le Lago de los Clicos doit sa teinte vert pistache à la présence d’algues microscopiques réagissant avec les infiltrations d’eau de mer au cœur du cratère endormi.  Un vert profond, opaque et riche qui contraste avec puissance avec l’océan d’un bleu intense, la plage de sable noir et les falaises d’un rouge ocre. 

PS: À noter que la couleur du Lago Verde n’a pas été retouché sur les photos ci-dessous.

Depuis El Golfo se trouve aussi le départ de l’une des rares randonnées sur les coulées de lave qui commence au bout du petit village. Au bord de l’océan particulièrement déchaîné d’un bleu profond, on marche sur une roche noire et corrosive. Le spectacle est grandiose, bruyant, les éléments se confronte. Les vagues bleu pétrole se fracasse contre les coulées de lave anthracite et ocre figées par le temps. 

Lanzarote, île sauvage des Canaries : Arrecife

Arrecife c’est la capitale de Lanzarote. Petite ville au bord de la mer, c’est aussi un passage obligé pour reprendre l’avion vers le continent. J’y ai consacré une journée de mon périple sur Lanzarote. Ce n’est pas une ville qui m’a particulièrement émue, mais pour autant il y a quelques ambiances typiques qu’il ne faut pas manquer. 

Il y a d’abord la plage d’Arrecife, étonnant croissant de sable doré léché par le doux clapot d’une eau turquoise en plein centre ville. Je m’y suis baigné en plein mois de janvier, et c’était un pur bonheur malgré l’eau un peu fraîche.

Lanzarote, île sauvage des Canaries 18

Et puis il y a le fort Castillo San Gabriel, bel exemple de l’architecture militaire fortifié du XVIe siècle. Il trône au milieu de l’eau turquoise, lié à la terre par un joli pont en pierre à arcade. Le Castillo San Gabriel se visite gratuitement et abrite un musée d’archéologie et d’ethnographie. Sur le toit, un très beau point de vue sur le rivage et sur la ville.

N’hésitez pas à vous perdre dans les petites ruelles blanches typiquement méditerranéennes de la ville. Des rues minuscules et entrelacées où les murs immaculés renvoient les rayons du soleil. Lors de votre promenade vous pourriez tomber sur une jolie place fleurie ou une petite église comme la Iglesia San Ginés et sa place arborée. 

À la ville comme au cœur de l’île vous remarquez aussi l’omniprésence de la pierre de lave, utilisé à titre décoratif ou structural sur les bâtiments ou même au sol en guise de pavé. 

Finalement installez vous pour boire un café et admirer les rayons du soleil sur les petits bateaux de pêcheur à Charco San Ginés , un lagon naturel d’eau de mer translucide peu profond qui entre directement dans la ville. C’est tout simplement le cœur d’Arrecife avec ses terrasses colorées, ses palmiers et ses passants. Regardez les marées avant de vous y rendre : c’est bien plus beau à marée haute. 

Lanzarote, île sauvage des Canaries 19

Pour plus d’infos pour découvrir Lanzarote, île sauvage des Canaries c’est par ici

Est-ce que ces photos vous ont donnée envie de visité Lanzarote ? Quelle est votre photo préférée?


À vous de jouer … Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *